Version Fémina

**Les anges ne meurent jamais de Bérengère de Bodinat (Flammarion)

Son fils n’a jamais eu 5 ans. Il s’est noyé. Il aura fallu un peu plus de trente ans à Bérengère de Bodinat pour raconter ce drame. C’est peut-être le temps qu’il faut pour que les larmes s’estompent et que la plume aide éventuellement à les essuyer. Avec pudeur, elle confie sa culpabilité, le silence de sa famille…

la vie qui continue malgré tout, la naissance d’un autre enfant. L’auteure ouvre la porte d’un univers fait de signes et de communication entre les vivants et les morts.

Un voyage bouleversant dans l’intime d’une mère qui ne nous donne jamais le sentiment d’être voyeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*